(Numéro 64 - Cyberdiffusion du 21-04-2002)

LE MOT DE LA SEMAINE EST :  univers

D'où venons-nous ? Où allons-nous ? La terre tourne-t-elle rond ?


L'univers aurait été tout aussi inconcevable s'il s'était limité à la taille de cette pierre, pas plus grosse qu'une orange. La question cruciale serait restée la même : d'où vient cette pierre?"
Jostein Gaarder - Le Monde de Sophie
"Il y a une théorie qui dit que si un jour quelqu'un découvre à quoi sert l'univers et pourquoi il est là, il disparaîtra immédiatement pour être remplacé par quelque chose d'encore plus bizarre et inexplicable. Il y a une autre théorie qui dit que ça s'est déjà produit."
Douglas Adams - Le dernier restaurant avant la fin du monde
le mot | les échos| pour finir |
LES ECHOS DE LASEMAINE DERNIERE : (le) baiser
Dans les échos, plus de baisers douceur que de baisers qui claquent !

Je lui fermais la bouche d'un baiser derrière l'oreille.
Alphonse Allais - A se tordre - envoi de Virginie C.
"Un baiser légal ne vaut jamais un baiser volé."
Maupassant - envoi de Françoise C.
Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout
Maupassant - envoi de Jacky S.
hebergeur web "Oh ! Nature merveilleuse, profonde et énigmatique, tu donnes la parole aux hommes, mais l'éloquence du baiser aux jeunes filles !"
Sören Kierkegaard - envoi de Béatrice D.

ET POUR FINIR

Un vendeur de journaux parcourt les rues en criant : " Une astucieuse escroquerie : trente-sept victimes. " Alléché par cette annonce, un promeneur l'arrête et lui achète un exemplaire. Aussitôt, le porteur de journaux reprend son chemin, en criant : " Une astucieuse escroquerie : trente-huit victimes. "
POST-SCRIPTUM
Un soupçon d'écologie ou plutôt de poésie ....

Le vent se frayait un chemin parmi les feuilles et ressortait des arbres tout chargé d'odeurs de bourgeons et de fleurs. (...) Le soleil dépliait lentement ses rayons et les hasardait, avec précaution, dans des endroits qu'il ne pouvait atteindre directement, les recourbant à angles arrondis et onctueux, mais se heurtait à des choses très noires et les retirait très vite, d'un mouvement nerveux et précis de poulpe doré. Son immense carcasse brûlante se rapprocha peu à peu, puis se mit, immobile, à vaporiser les eaux continentales et les horloges sonnèrent trois coups.
Boris Vian - L'écume des jours
BONNE SEMAINE


continuer avec : création