(Numéro 172 - Cyberdiffusion du 14-11-2004)

CITATIONS DE LA SEMAINE :  "Souvenir"




Faute de myosotis ......
"Mais quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir."
Marcel Proust (1871-1922) - Du côté de chez Swann
"Les souvenirs sont enfants du hasard, seuls les truqueurs ont leur mémoire en ordre."
Daniel Pennac - Au fil de mes lectures
"Le souvenir, on ne peut pas le tuer. Mais il y a une façon de l'affaiblir : le raconter." Jean François Demiau - La lune et le miroir
LES ECHOS DE LASEMAINE DERNIERE : "Vigne"
Comme de bien entendu, les réponses ont coulé à flot ...
"Qui sait déguster ne boit plus de vin mais goûte ses secrets."
Salvador Dali – envoi de Julien B.
"Nous ne savons pas pourquoi le champagne a des bulles
Alors qu’une petite fête champêtre n’a que deux accents circonflexes."
Marie-Reine Bud-Printems
"Pas de vin, pas de soldats ! "
Napoléon Bonaparte – envoi de Michel G.
"L'alcool est un ennemi, or celui qui recule devant l'ennemi est un lâche ! "
Francis Blanche (1919-1974)
hébergeur php mysql
ET POUR FINIR PAR UNE HISTOIRE
Le petit Maxime entre dans la cuisine en pleurant à chaudes larmes. Sa mère lui demande ce qu'il a.
- C'est papa... En voulant accrocher un cadre, il s'est donné un coup de marteau sur un doigt...
- C'est pas grave... Il n'y a pas de quoi pleurer... Au contraire, tu aurais dû rire...
- Mais maman, c'est ce que j'ai fait...
le mot | les échos| pour finir| post-scriptum
POST-SCRIPTUM EN FORME DE POESIE
Le passé, le temps du souvenir.
Où est passé le participe passé ?

Elève Poésie, levez-vous !
Oui…vous, là-bas, à côté de la Philosophie,
Levez-vous ! Et ne prenez pas ces airs d’innocence et de candeur menacées !
Vous savez très bien de quoi je veux parler…
Où est passé le participe passé ?
« Je ne sais pas, Grammaire.. Je n’y ai pas touché. »
Ah oui ? Et pourtant, vous l’employez…
« Moi, Grammaire ? Je l’emploie ? »
Mais oui. Touché est un participe passé.
« Ah bon… Je n’y avais pas pensé. »
Parfait. Vous me ferez cent lignes avant d’aller vous coucher :
« A partir de ce soir, je n’oublierai plus de respecter les accords du participe passé. »
« Oh non, Grammaire… Pas ce soir !
Ce soir, je sors avec Roman, mon fiancé.
Nous allons parler du futur. »
Marie-Reine Bud-Printems

BONNE SEMAINE



continuer avec : psychanalyse