(Numéro 148 - Cyberdiffusion du 28-03-2004)

LE MOT DE LA SEMAINE EST :  "métaphysique"




"Quoi que vous fassiez durant les cinq prochaines minutes, ne pensez pas à la couleur bleue."
Paradoxe neurolinguistique
"(Les trois états successifs de toute pensée et de toute connaissance): l'état théologique, ou fictif; l'état métaphysique, ou l'abstrait; l'état scientifique, ou positif."
Auguste Comte (1798 - 1857)
Cours de philosophie positive
"Savoir si l'on aimerait mieux mourir de faim ou de soif est une question qui apparemment plaît toujours."
Pierre Daninos (1913 - )
Le Jacassin
"Existe-t-il une séparation entre le corps et l'esprit, et si oui, lequel est-il préférable d'avoir?"
Woody Allen
LES ECHOS DE LASEMAINE DERNIERE : "changement"
"Plus ça change, plus c'est la même chose."
Alphonse Karr (1808-1890) envoi de Suzanne T.
"Le seul moyen d'échapper au changement, c'est de le réclamer tous les jours."
André Frossard (1915 - 1995)
"Le changement,qui a des charmes si puissants sur le coeur humain,en manque entièrement dès qu’il s’agit de changer d’habitude."
Non précisé – envoi de Bernard W.
hébergeur ET POUR FINIR PAR UNE HISTOIRE
Assurances :

"En avançant, j'ai cassé le feu arrière de la voiture qui me précédait. J'ai donc reculé, mais en reculant j'ai cabossé le pare-chocs de la voiture qui me suivait. C'est alors que je suis sorti pour remplir les constats, mais en sortant j'ai renversé un cycliste avec ma portière. C'est tout ce que j'ai à déclarer aujourd'hui."

"Je vous écris comme suite à votre lettre qui m'est survenu hier, consistant mon accident. Vous dites que je suis responsable pour la priorité, mais j'ai lu les lois et voila ce qui en dérive: "Quand il y a un croisement entre deux routes dont l'une ne traverse pas l'autre, celle que est la plus petite doit s'arrêter la première". Donc il n'y a pas de priorité qui tienne. C'est la loi qui est la plus forte. Vous seriez bien aimable de réviser vos conclusions pour me remettre dans mon bon droit lequel je me trouve déjà par ailleurs."

"Vous m'avez conseillé d'assurer ma voiture pour l'usage promenade, mais j'ai oublié de vous préciser que tous les dimanches, j'allais raccompagner ma belle-mère qui vient déjeuner à la maison. Puis-je, en toute honnêteté, considérer ce déplacement comme promenade."


le mot | les échos| pour finir| post-scriptum
POST-SCRIPTUM EN FORME DE POESIE

C'est là. Ça n'a pas d'images.
C'est un souffle dans les heures,
un instant comme arrêté,
on ne sait pas, presque rien.
Un vide sous les visages,
sous les gestes quelque chose
qui vacille : ombre ou mémoire.
Un silence qu'on écoute
avec toujours ce qui parle
sans un mot, ce qui se tait.
Jacques Ancet.
Extraits du recueil L'IMPERCEPTIBLE,
publié aux Editions Lettres Vives

BONNE SEMAINE



continuer avec : "psychanalyse"