(Numéro 103 - Cyberdiffusion du 23-03-2003)

LE MOT DE LA SEMAINE EST :  "entraide"



île d'Yeu - 2003



"Un homme n'est jamais si grand que lorsqu'il est à genoux pour aider un enfant."
Pythagore

"Mon fils, si tu as besoin d'un coup de main dans la vie, n'oublie pas de regarder au bout de tes deux bras."
Andrée Maillet, écrivain québécoise
Les Remparts de Québec

"Dans la vie il faut savoir compter, mais pas sur les autres."
Paul Jean Toulet (1867-1920) Romancier et poète

le mot | les échos| pour finir | post-scriptum
LES ECHOS DE LASEMAINE DERNIERE : "probable"
"[...] le risque de se tromper aiguise le désir de voir juste et relève le plaisir d'avoir probablement raison, et il y a un plaisir, je ne dirai pas plus grand, mais plus piquant, à être à peu près certain qu'on a raison, qu'à en être pleinement sûr."
Émile Faguet, 1847-1916, professeur et critique littéraire français
L'art de lire

"Une condition essentielle de l'hypothese (scientifique) c'est qu'elle soit aussi probable que possible."
Claude Bernard – envoi de Suzanne T.

"L'impossible est toujours probable, et il est utile de chercher très loin la vérité des êtres."
Andrée Maillet – Les remparts de Québec - envoi de Virginie C.
heberger un site
ET POUR FINIR
Strictement réservé à ceux qui apprécient l'absurde.
C'est un type qui voit son copain arriver avec un pingouin et il lui dit :
- Qu'est-ce que tu fais, avec ça ?
- Ben....Je l'ai trouvé dans la rue, je ne sais pas quoi en faire !
- Ecoute ! Emmène-le au zoo !
- Oui, c'est pas bête, je vais l'emmener au zoo !

Ils se quittent et, le lendemain, l'autre revoit son copain avec le même pingouin. Il s'étonne :
- Ben quoi ? Tu ne l'as pas emmené au zoo ?
- Si ! Il a beaucoup aimé, et maintenant je l'emmène au cinéma !
POST-SCRIPTUM
Il paraît que la forme poétique de reprise de vers dans ce poème s'appelle "le pantoum" et vient d'orient ! Je ne sais pas si cela a de l'importance ?

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir;
Valse mélancolique et langoureux vertige!

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige!
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir!


Charles Baudelaire
Harmonie du soir
BONNE SEMAINE



continuer avec : "amitié"






aa